Skip to content

L’art de porter le cuissard (ou le bib)

Comme Cyclopétards, nous valorisons le confort dans le club, autant par la création d’un environnement inclusif, que sur nos vélos. Plusieurs éléments entrent en jeu pour assurer notre capacité à rouler longtemps : un positionnement fait par un.e professionnel.le qualifié.e, les souliers adaptés, une forme physique suffisante, une bonne hydratation et alimentation et surtout… un bon cuissard !

Bien qu’il donne l’impression de porter une serviette sanitaire jumbo, le cuissard est l’allié indéniable de la cycliste. Il est généralement fait d’un matériau respirant (comme le lycra) et possède un chamois cousu en son centre. On le trouve sous quelques formes dans les boutiques spécialisées :

  • Le cuissard cycliste;
  • Le cuissard à bretelles (ou bib);
  • Le cuissard de triathlon. Son chamois est généralement plus mince.

À moins de s’entraîner précisément pour un triathlon, le cuissard avec un chamois cycliste représente la meilleure option pour la Cyclopétard. À cet égard, le coût en vaut la peine. Les cuissards plus dispendieux sont généralement faits de matériaux plus durables et le chamois est plus confortable. En ce qui concerne la différence entre le cuissard et le bib… c’est personnel. Certaines préfèrent le bib comme il tient mieux en place sans serrer à la taille. D’autres choisissent le cuissard comme il est plus facile à enlever. Dans un cas comme dans l’autre, l’important est de bien le porter.

En vélo, c’est commando !

Voilà, c’est dit. Le chamois est conçu pour mouler la structure osseuse, ajouter du confort dans les zones sensibles et prévenir l’irritation. En portant un sous-vêtement sous le cuissard, on en limite l’efficacité. On crée également des zones d’humidité, en plus de favoriser les zones d’irritation entre la couture du sous-vêtement et la peau. Il existe des crèmes à chamois à appliquer directement sur la peau pour réduire le frottement lors de longues sorties. Les chamois et les crèmes sont généralement conçus pour aller de pair. Les crèmes dédiées à l’usage avec chamois se nettoient facilement.

Voici deux témoignages anonymes de Cyclopétards qui ont arrêté de porter les bobettes sous leur cuissard :

  • Lors d’un mardi Cyclopétards, j’ai entendu une autre Cyclopétards dire à son amie : « tu as encore tes bobettes ? » J’ai fait mes lectures rendue à la maison. Au moins, je mettais une bobette légère sans couture! Par après, ç’a changé ma vie le jour où j’ai enlevé mes bobettes !!
  • Quand j’étais adolescente, ma mère m’a dit qu’il ne fallait pas porter de bobettes sous des cuissards. Naturellement, j’ai attendu la fin de mon adolescence pour ôter mes bobettes… Comme elle avait raison !

Le cuissard est l’allié indéniable de la cycliste… seulement s’il est bien porté ! Par chance, le mode d’emploi est simple. À ton tour maintenant, d’enlever tes bobettes !

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Personne n’a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!


Ajouter un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.